Désolé si je ne donne pas beaucoup signe de vie. J'ai une excuse et une raison toute simple à cela : j'ai la flemme de dessiner :3

Plus sérieusement, je travaille plutôt mes talents de scénariste, qui laissent encore à désirer. Et puis je souffre de la chaleur. Et puis c'est les vacances, alors prout.

Je vous écris ici parce que, bien que les derniers tomes du manga Negima soient sortis depuis quelques mois, je ne les avais pas encore lus. J'avais un peu peur d'être déçu de la fin. Heureusement, elle a su me satisfaire et me surprendre, du coup, je me suis dis que j'allais vous conseiller de lire ce manga si vous ne l'avez pas encore acheté.

38 tomes, un régal. Voici d'ailleurs ma petite critique publiée sur Senscritique, accompagnée d'une image dégueulasse du manga trouvée sur le net. Je trouvais la scène mignonne.

2916536723_2

Ken Akamatsu, maitre de l'érotisme en manga, nous bluffe ici avec une histoire qui va au delà des gags de petites culottes dont il nous a gavé avec Love Hina. Negima met en scène une histoire qui, à défaut de ne pas être terriblement prenante, est carrément attachante. On est charmé par le petit héros et on veut le voir évoluer et parvenir à son but. Mais ce qui me fait sortir cette série hors du panier, c'est les 1000 clichés du manga compilés dedans. Ou plutôt non, c'est l'art qu'a l'auteur de nous donner envie de voir ces 1000 clichés mis en scène. Clairement, le fan service et les trucs réchauffés, dans Negima, on ne les fuit pas. On en redemande tant l'auteur, au delà de simplement les assumer, les exploite et leur redonne un petit coup de fraicheur. D'excellents souvenirs de lecture et une foule de personnages sympathiques à se remémorer.
EDIT : la fin est vraiment à l'image du reste : bourrée de fan service, et on en redemande. Mais ce qui transparait surtout, c'est le soin que l'auteur a apporté à son oeuvre, respectant son univers et ses personnages jusqu'au bout. Ça a été dur de dire au revoir à tout le monde (vu que j'ai suivis le train de Negima depuis le tome 4 lorsqu'il est paru en France) mais je suis content de la fin. Belle et pleine d'émotions. Chapeau bas, monsieur Akamatsu (et merci pour avoir dénudé toute la classe d'un coup ; il aurait manqué quelque chose sans ça).

Si vous lisez ce long message non pas par curiosité mais pour me faire plaisir, laissez un commentaire pour recevoir un dessin (je ne le ferai qu'une fois, je préfère le dire histoire de pas me faire avoir). Si personne ne laisse de commentaire, tant pis, je serais pas frustré. Promis. (ps : demandez-moi de vous dessiner du Negima, je suis chaud là).